CAN-2022 : la fin de match prématurée de Tunisie

Publié le : Modifié le :

Le match Mali-Tunisie (1-0) de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) a connu un fin rocambolesque, avec un coup de sifflet final prématuré qui a suscité la colère des Tunisiens. Les Maliens sont ensuite revenus sur le terrain, mais pas leurs adversaires.

Alors que le Mali menait (0-1) lors du premier match du groupe F de la CAN-2022 face à la Tunisie, la fin de match s’est transformée en comédie. Sans raison, l’arbitre zambien de la rencontre, Janny Sikazwe, a une première fois arrêté le match à la 85e minute. Après avoir visiblement transformé ce coup de sifflet trop précoce en pause fraîcheur, il a ensuite fait reprendre le match, mais il l’a arrêté pour de bon à quelques secondes de la fin de la 90e minute, avant même le début d’un hypothétique temps additionnel, probable au vu des nombreux remplacements.

Cette décision a provoqué l’indignation dans le camp tunisien qui espérait pouvoir égaliser dans ces précieuses dernières minutes. La délégation des Aigles de Carthage s’est précipitée sur le terrain pour demander des explications. Le quatuor arbitral a dû sortir sous escorte de la sécurité face à sa colère.

“Il nous prive pratiquement de sept ou huit minutes de temps additionnel. Sa décision est inexplicable”, a dénoncé le sélectionneur de la Tunisie Mondher Kebaier, en conférence de presse après la rencontre.


Environ une demi-heure plus tard, le match a semblé devoir reprendre avec un autre arbitre. Les Maliens sont revenus sur le terrain pour disputer les ultimes secondes du temps réglementaire et un éventuel temps additionnel. Mais les Tunisiens sont restés au vestiaire et le match n’a pas pu reprendre.

L’arbitre zambien Janny Sikazwe “siffle la fin du match, il nous demande d’aller aux vestiaires, les joueurs font un bain de glace pendant 35 minutes et après il vient et nous demande de revenir sur le terrain ? Ca fait presque 30 ans que je suis dans ce domaine et je n’ai jamais vu une situation pareille”, a expliqué le technicien. “Je n’arrive pas à comprendre comment il a pris cette décision. On va voir les décisions qui vont suivre après”, laissant augurer de démarches tunisiennes pour contester le résultat. 

“On nous a dit de revenir sur le terrain car le match n’était pas fini, a pour sa part raconté le sélectionneur du Mali, Mohamed Magassouba, malheureusement l’autre équipe n’a pas voulu revenir et le coup de sifflet final a été donné.”

Un arbitre expérimenté, mais polémique

Janny Sikazwe arbitre sa cinquième CAN, il a également participé à la Coupe du monde 2018 et arbitré des finales de coupes africaines des clubs. Ce n’est pas la première fois qu’il est au centre d’une polémique. Lors de la CAN-2019, le sélectionneur du Sénégal Aliou Cissé avait dénoncé son arbitrage “catastrophique” lors de la défaite en phase de poules contre l’Algérie. Il lui reprochait notamment un pénalty non sifflé. 

Il avait été suspendu après un match de Ligue des champions d’Afrique où il officiait pour “suspicion de corruption”, selon le communiqué de la CAF à l’époque. Mais faute d’éléments probants, cette suspension avait été levée.

S’il risque bien d’entrer dans la légende du foot africain, la Tunisie elle risque une sanction pour avoir refusé de reprendre le match.  En fin d’après-midi, la Confédération africaine de football (CAF) n’avait pas réagi, annonçant seulement le décalage de trois-quart d’heure du coup d’envoi du match suivant, Mauritanie-Gambie, prévu sur le même terrain.

Avec AFP



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.