la Mannschaft, la Norvège et les Pays-Bas mobilisés pour les droits de l’Homme au Qatar

Publié le : Modifié le :

Les sélections nationales se mobilisent pour réclamer le respect des droits de l’Homme sur les chantiers de construction en vue du Mondial-2022 au Qatar. Après l’action de la Norvège mercredi et celle de l’Allemagne jeudi, les Pays-Bas ont également envoyé un message ce samedi.

La mobilisation pour le respect des droits de l’Homme au Qatar prend de l’ampleur sur les terrains de football. Si la sélection de Norvège a donné le coup d’envoi de la mobilisation mercredi, l’Allemagne lui a emboîté le pas jeudi 25 mars tout comme les Pays-Bas samedi 27 mars avant leur match face à la Lettonie. Des actions que la Fifa a décidé de ne pas sanctionner.

Les Oranje sont montés sur la pelouse de l’Arena Johan Cruyff vêtus d’un tee-shirt noir portant la mention “Football supports CHANGE” (Le football soutient le CHANGEMENT).

“Nous savons que les ouvriers qui construisent les stades du Mondial-2022 travaillent dans des conditions très difficiles. Nous ne pouvons pas y rester insensibles et ne rien faire”, a déclaré le défenseur néerlandais Matthijs de Ligt en conférence de presse

 

La Norvège avait donné le ton

Jeudi, au moment de s’aligner pour écouter les hymnes nationaux, les joueurs allemands, opposés à l’Islande, se sont tenus côte à côte, chacun portant un T-shirt noir floqué d’une grande lettre blanche : les onze lettres formaient les mots “HUMAN RIGHTS” (droits humains en anglais).

“Nous voulions montrer clairement à l’opinion que nous n’ignorons pas cela”, a déclaré après le match, conclu par une victoire 3 à 0, le milieu de terrain allemand Leon Goretzka. “Nous avons nous-mêmes tracé les lettres sur nos T-shirts, nous avons une large audience et nous pouvons formidablement l’utiliser pour envoyer des signaux en faveur des valeurs que nous défendons.”

Ce geste a été salué par le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seiffert, pour qui il s’agissait “d’une bonne action”. “Il est bon de rappeler à nouveau les valeurs de notre démocratie libérale, à une époque où la démocratie n’est pas nécessairement en hausse dans le monde entier”, a-t-il expliqué.

Mercredi, l’équipe de Norvège avait organisé une action similaire avant son match de qualification à Gibraltar (0-3), en portant avant le match des T-shirts proclamant : “Droits humains sur et hors du terrain”.

Le sélectionneur norvégien Staale Solbakken avait justifié l’initiative en affirmant : “Il s’agit de faire pression sur la Fifa pour qu’elle soit encore plus directe, encore plus ferme à l’égard des autorités au Qatar, qu’elle leur impose des exigences plus strictes”.

Lors d’une conférence de presse mercredi, il a félicité l’équipe allemande pour son geste : “C’est bien que la Mannschaft nous suive. C’est vraiment une des grandes équipes qui emboîte le pas. Je ne sais pas combien de personnes ont regardé l’Allemagne jouer son premier match de qualification au Mondial, mais c’est sans doute 10-12 millions. Ça fait de l’effet”.

Il a par ailleurs indiqué que son équipe prévoyait un nouveau geste de ce type en marge de son match contre la Turquie prévu samedi.

La Fifa n’a pas sanctionné

Dans les deux cas, la Fifa n’a pas souhaité sanctionner ces gestes, alors qu’en règle générale la fédération internationale interdit les déclarations politiques dans le cadre des rencontres

“La Fifa croit en la liberté d’expression et au pouvoir du football pour susciter des changements positifs”, a-t-elle déclaré dans un communiqué.

>> À lire aussi : Mondial-2022 au Qatar : l’hécatombe sur les chantiers mènera-t-elle au boycott ?

Ces actions interviennent peu après la publication très commentée d’un article du quotidien britannique The Guardian qui affirmait que 6 500 ouvriers étaient morts dans le pays depuis l’attribution de la compétition au Qatar en 2010. Des chiffres que le Qatar conteste.

Le Qatar est sous le feu de critiques d’organisations de défense des droits humains pour son traitement des travailleurs migrants, dont beaucoup viennent d’Inde ou du sous-continent indien.

Avec AFP



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *