la Tunisie pour bien se lancer, la Côte d’Ivoire pour se faire pardonner

Publié le :

Demi-finaliste il y a trois ans et présente à la Coupe du monde en 2018, la Tunisie devrait en théorie se sortir facilement de phase de poules de la CAN-2022. Pour son premier match, elle affronte le Mali, seul véritable danger du groupe F. Éliminée des qualifications pour le Mondial, la Côte d’Ivoire, elle, espère de son côté se rattraper lors la Coupe d’Afrique et revivre les grandes heures de son histoire.

Avec 15 participations consécutives à la Coupe d’Afrique, la Tunisie est l’une des grandes habituées de la compétition. Pour son entrée dans la CAN-2022, elle affronte, mercredi 12 janvier, le Mali, l’autre poids lourd du groupe F. 

Demi-finalistes il y a trois ans et présents à la Coupe du monde en 2018, les Aigles de Carthage affichent un bilan de 17 victoires, quatre nuls et cinq défaites sous la tutelle du sélectionneur Mondher Kebaïer, nommé en 2019, qui peut compter sur un effectif de qualité. “La Tunisie à un groupe très solidaire, notre force c’est au niveau du groupe, non pas sur des individualités, on s’appuie non pas sur des stars, mais sur des valeurs fondamentales, à savoir le courage, l’esprit collectif et la solidarité. À partir de là, tout le monde est appelé à mettre ses qualités au service du collectif”, a ainsi expliqué le sélectionneur en conférence de presse à la veille du premier match.

Même si les Tunisiens ne comptent pas de “stars” dans leur effectif, le Stéphanois Wahbi Khazri fait figure de leader dans le groupe. Joueur d’expérience, il espère emmener son pays le plus loin possible dans cette CAN. “Nous avons envie de la gagner. Lors de la dernière édition, nous avons été demi-finalistes, battus par le Sénégal. J’estime que nous étions supérieurs et nous méritions de gagner. Ce serait bien maintenant de nous qualifier pour la finale, mais ce ne sera pas facile car il y a de belles équipes en Afrique, où le niveau est de plus en plus relevé”, a-t-il résumé auprès de l’AFP.

Dans ce groupe F, seul le Mali paraît en mesure d’inquiéter la Tunisie. Les autres Aigles affichent aussi un bel effectif avec Hamari Traoré (Rennes) ou Amadou Haïdara (Leipzig), même s’il manque à l’appel le puissant Moussa Marega (Al-Hilal) et Cheick Doucouré (Lens). “Le première rencontre est toujours très importante dans une compétition. Ça va être un match très disputé contre une équipe pleine de talent”, a ainsi concédé Mondher Kebaïer. 

La Mauritanie et la Gambie, qui participe à sa première CAN, font en revanche figure de petits poucets du groupe. “Nous avons affronté la Mauritanie en éliminatoires du Mondial. Nous avions été accrochés chez elle. Je ne connais pas du tout la Gambie. À la CAN, aucun match ne peut être pris à la légère”, a toutefois tempéré Wahbi Khazri. 

Les Ivoiriens veulent oublier l’échec de la qualif au Mondial-2022

Depuis son dernier sacre dans la compétition en 2015, la Côte d’ivoire a changé de visage. Les légendes Yaya Touré, Kolo Touré et autres Copa Barry ont laissé la place à effectif rajeuni. Désormais, Serge Aurier, Max-Alain Gradel, Franck Kessié, Wilfried Zaha, Nicolas Pépé ou encore l’Ajacide Sébastien Haller, actuel meilleur buteur de la Ligue des champions, ont pris les commandes.

Mais cette nouvelle génération d’Eléphants reste sur un cuisant échec lors des barrages de qualification au Mondial-2022. Eliminés par le Cameroun, les hommes de Patrice Beaumelle ne peuvent pas se permettre un nouvel échec. 

Pour son entrée dans la compétition dans le groupe E, la Côte d’Ivoire va commencer en douceur face à la modeste équipe de Guinée équatoriale. Malgré sa position de favori, le sélectionneur ne prend pas ce match à la légère. “Quand on est à la tête d’une équipe comme la Côte d’Ivoire, il faut aller chercher les trois points à chaque match”, a-t-il annoncé en conférence de presse. “J’ai joué à plusieurs reprises la Guinée équatoriale et cela a toujours été des matches serrés. Le match de demain sera serré mais on fera tout pour prendre les trois points”.

Du côté de ses joueurs, l’heure est aussi à la concentration. “Le groupe vit bien. Tout le monde est concerné. On a fait une préparation qui aurait pu être meilleure. On a de la qualité. Il n’y a plus de petites nations. C’est à nous de mettre tous les ingrédients pour gagner”, a résumé Maxwell Cornet (Burnley FC).


Pour preuve, lors du premier match de ce groupe, la Sierra Leone a réussi l’exploit de tenir en échec l’Algérie, championne d’Afrique en titre. Logiquement, les deux premières places devraient toutefois se jouer entre les Éléphants et les Fennecs. Le choc entre ces deux équipes sera le dernier match du groupe.

Avec AFP



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *