L’ancien patron de la Formule 1 Max Mosley décède à l’âge de 81 ans

Publié le :

L’ancien pilote et président de la Fédération internationale automobile Max Mosley est mort à l’âge de 81 ans des suites d’un cancer, a indiqué lundi l’ancien patron de la Formule 1, Bernie Ecclestone.

Il a dirigé le sport automobile mondial pendant plus de 15 ans. Le Britannique Max Mosley, président de la Fédération internationale automobile (FIA) de 1993 à 2009, est mort à l’âge de 81 ans, a fait savoir, lundi 24 mai, l’ancien patron de la Formule 1, Bernie Ecclestone.

“Max était comme un membre de ma famille, pour moi. Nous étions comme des frères. Dans un sens, je suis soulagé, parce qu’il souffrait depuis trop longtemps”, a expliqué Bernie Ecclestone à l’agence britannique Press Association.

Max Mosley, qui était atteint d’un cancer, avait subi un drame familial quand son fil, Alexander (39 ans), qui souffrait de dépression, était décédé d’une overdose de cocaïne, en 2009.

Né à Londres le 13 avril 1940, il était le fils d’Oswald Mosley, fondateur dans les années 1930 du parti British Union of Fascists.

Après des études de physique puis de droit à Oxford, Max Mosley était devenu avocat spécialiste des questions de brevets et de marques.

Il avait très tôt développé un goût pour la course automobile qui l’avait mené au sein de l’équipe de Formule 2 de Brabham and Lotus, jusqu’à sa retraite comme pilote en 1969. Il avait ensuite été co-fondateur et dirigeant d’écurie avant d’occuper diverses fonctions au sommet du sport automobile mondial, dont trois mandats comme président de la Fédération internationale de l’automobile.

En juillet 2008, Max Mosley avait obtenu plus de 76 000 euros de dommages et intérêts de l’hebdomadaire dominical News of the World, qui l’avait accusé d’avoir participé à une “orgie nazie”.

La justice britannique avait estimé que la scène d’ébats sado-masochistes, dont le journal avait diffusé des photos et une vidéo sur son site, ne présentait pas de caractère “nazi” et que l’enregistrement de la vidéo n’était pas justifié par le droit du public à l’information.

Avec AFP

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *