le PSG de Mbappé panse ses plaies et file en finale

Publié le :

À l’issue de difficiles tirs au but, le PSG a battu mercredi Montpellier en demi-finale de la Coupe de France. Une petite consolation pour les Parisiens après leur élimination de la Ligue des champions. Ils ont rendez-vous en finale le 19 mai, contre Monaco ou Rumilly-Vallières.

Après l’immense déception de l’élimination en Ligue des champions et alors que le titre de champion risque de lui échapper, le Paris SG a donné un sens à sa fin de saison en se qualifiant mercredi 12 mai pour la finale de la Coupe de France grâce à un difficile succès aux tirs au but à Montpellier (2-2, 6 t.a.b à 5).

Nous sommes mi-mai et le PSG a encore un trophée en ligne de mire. Ça n’est certainement pas celui auquel il tenait le plus, mais le club de la capitale, qui voulait tout gagner, pouvait encore tout perdre, et cette finale à huis-clos le 19 mai au Stade de France peut donner une autre allure à sa saison. 

Il s’en est fallu de peu, tout de même, et Montpellier n’est pas passé loin d’enfoncer encore un peu plus les Parisiens. Mais la séance de tirs au but n’a pas tourné en faveur des Héraultais, qui espéraient tant une nouvelle Coupe de France, 31 ans après celle gagnée en 1990 par l’équipe de Laurent Blanc et Éric Cantona.

Côté parisien, personne n’a tremblé, ni Kean, le dernier frappeur, ni Neymar, qui a réussi sa tentative malgré les sifflets de la bande de ramasseurs de balles réunis le long de la ligne de touche.

Monstrueux Mbappé

À Montpellier, c’est Junior Sambia qui a échoué et c’est cruel pour tout un groupe qui avait eu le grand mérite de résister à l’énergie et à la classe de Kylian Mbappé, auteur d’un doublé et époustouflant de bout en bout, jusqu’à sa sortie à la 82e minute.

En première période, loin du collectif mollasson vu dimanche à Rennes (1-1), Paris a tout fait, tout eu : le contrôle du match et du rythme, la bonne attitude, de la vitesse dans les 30 derniers mètres, des occasions par paquets, toutes ou presque nées de la vitesse de Mbappé. Supersonique pour son retour après avoir tant manqué face à Manchester City, le champion du monde n’était manifestement plus du tout gêné par son mollet droit.

À la 10e minute, les joueurs de Pochettino avaient ainsi déjà trouvé la faille dans la défense à cinq bâtie puis rapidement abandonnée par Michel Der Zakarian. Après un décrochage d’Icardi, c’est Gueye qui a lancé la fusée : parti un bon mètre derrière Souquet, Mbappé est arrivé un bon mètre devant à l’entrée de la surface et a frappé sous la barre de Bertaud pour mettre son équipe en tête.

Ensuite, deux nouvelles accélérations monstrueuses du champion du monde français ont sévèrement fait tanguer le MHSC. Et à la 28e minute, le naufrage était vraiment proche quand Icardi a gracié Bertaud en lui tirant dessus après un énième débordement de Mbappé.

Deuxième étage

Montpellier de son côté n’a eu qu’une occasion et elle a suffi à revenir. À l’entrée de la surface, Laborde a en effet expédié une frappe magnifique du gauche dans la lucarne opposée de Navas, au bout d’une action qui ne fera pas grand-chose pour la réputation défensive de Florenzi (1-1, 43e).

Mais Montpellier n’en avait pas fait assez, et Mbappé bien trop, pour que le score reste très longtemps à 1-1. Très vite après le repos, le deuxième étage de la fusée Mbappé est donc entré en action en martyrisant les vieilles jambes de Hilton, d’abord à la course puis d’un imparable enchaînement passement de jambes-crochet qui lui a ouvert la voie du but (2-1, 50e).

Mais les Parisiens ne sont pas parvenus à tuer le match, malgré une nouvelle pluie d’occasions, et Montpellier a montré sa qualité avec une très belle action Mollet-Laborde-Delort pour égaliser à la 83e minute (2-2). Cela n’a pas suffi, car il restait les tirs au but.

Après avoir piégé le PSG de QSI avec l’invraisemblable exploit du titre arraché en 2012, le club héraultais n’a pas réussi cette fois à faire tomber le géant. Les Parisiens de leur côté ont maintenant une finale à gagner, contre Monaco ou Rumilly-Vallières. Car à ce niveau de budget, un simple Trophée des Champions serait un peu chiche.

Avec AFP

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *