“Les Bleus doivent désormais réussir à faire peur”

Publié le : Modifié le :

L’Angleterre, qui traverse une mauvaise passe, se méfie de la venue samedi du XV de France à Londres. Elle redoute ses joueurs talentueux qui ont l’occasion de frapper un grand coup et de confirmer ainsi les nombreux espoirs placés en eux.

“Attrapez Dupont !” La consigne est relayée par le site spécialisé Rugby Pass qui a interviewé Johnny Mitchell, entraîneur de la défense pour le XV de la Rose, en vue du match Angleterre – France qui se déroulera samedi 13 mars à Twickenham. Car pour lui, ce “très bon joueur a une énorme influence sur la manière dont joue l’équipe française”. Et les Anglais se méfient logiquement des qualités exceptionnelles d’Antoine Dupont qui avait été sacré Meilleur joueur du Tournoi des Six nations lors de l’édition précédente.

Âgé de 24 ans, Antoine Dupont fait partie d’une génération de joueurs très talentueuse qui a permis à la France de remonter à la troisième position du classement mondial, juste devant l’Angleterre. Les Bleus ont fort bien débuté ce Tournoi des Six Nations, avec deux victoires face à l’Italie et l’Irlande. Et ils espèrent bien confirmer face aux Anglais, ennemis préférés des Bleus.

Le bilan sportif de l’équipe anglaise dans ce Tournoi est bien moins encourageant puisqu’ils ne comptent qu’une seule victoire, face à l’Italie, contre deux défaites, à domicile contre l’Écosse et à l’extérieur face au pays de Galles. Un parcours décevant au vu des résultats brillants obtenus ces dernières années par le XV de la Rose, vice-champion du monde en titre.

“C’est une équipe qui n’est plus que l’ombre d’elle-même, par rapport au rugby produit en 2019 à la Coupe du monde”, explique à France 24 l’ancien international français Olivier Magne, qui a affronté 8 fois les Anglais au cours de sa carrière dans le cadre du Tournoi des Cinq Nations, puis des Six Nations avec l’intégration de l’Italie en 2000. “On sent bien qu’il y a un souci en interne chez les Anglais”, analyse-t-il.

Galthié vacciné contre la crise du Covid-19

Selon Olivier Magne, les Anglais ont besoin de temps pour retrouver leurs automatismes et leur cohésion. Ils risquent du coup d’avoir du mal à rivaliser dès samedi face à une redoutable équipe de France qui connaît une montée en puissance depuis un an et l’arrivée d’un nouveau staff technique à sa tête. “Tout est possible bien sûr dans le sport. Mais au vu de la dynamique des deux équipes, il y a une certaine logique à voir les Bleus s’imposer”, explique-t-il.

À l’inverse, les rugbymen français doivent se méfier d’un excès de confiance, en sachant qu’ils risquent de subir une réaction d’orgueil des Anglais, vivement critiqués depuis plusieurs semaines. Et il leur faut également retrouver leurs marques après un mois très agité au cours duquel ils ont très peu joué ensemble.

Prévu le 28 février face à l’Écosse, leur troisième match dans cette compétition a été reporté en raison d’un grand nombre de contaminations au Covid-19 à l’intérieur du groupe France. L’apparition d’un important cluster a alors déclenché une vive polémique et conduit le ministère des Sports à demander un rapport d’enquête à la Fédération française de rugby (FFR).

Ce document a finalement exonéré l’encadrement des Bleus de toute faute ou violation du protocole sanitaire mis en place pour cette compétition. Et ses conclusions ont notamment conforté le sélectionneur de l’équipe de France, Fabien Galthié, soupçonné de ne pas avoir respecté la “bulle sanitaire” mise en place autour du groupe. “Tous mes actes, toutes nos actions, ont été en respect total avec le protocole sanitaire”, a tenu à préciser Fabien Galthié lors d’une conférence de presse le 11 mars.

Un effectif français au complet

Le sélectionneur a également rappelé que “le risque zéro n’existe pas”, en demandant aux joueurs et à l’encadrement de redoubler de vigilance. De nouvelles mesures de protection ont ainsi été mises en place cette semaine au Centre national de Rugby de Marcoussis pour préparer le “crunch” contre l’Angleterre, en encadrant encore plus strictement les interactions avec des personnes extérieures au groupe.

L’absence de nouveaux cas de Covid-19 a permis à l’encadrement de se concentrer uniquement sur le rugby et son objectif de victoire dans cette édition du Tournoi, une compétition que les Bleus n’ont plus gagnée depuis dix ans. Pour remporter ce titre, ils doivent réaliser un véritable exploit samedi, les Français s’étant imposés à Twickenham pour la dernière fois dans le Tournoi en 2005, avec un seul point d’avance (17-18).

Ils avaient failli battre les Anglais sur leur pelouse en décembre dernier, s’inclinant alors de peu en finale de la Coupe d’automne des Nations (22-19). Pour cette rencontre, l’équipe de France était privée de nombreux joueurs cadres, comme le trois quart-centre Virimi Vakatawa ou le capitaine tricolore Charles Ollivon. Des joueurs précieux qui seront de retour samedi sous le maillot tricolore, avec la ferme intention de frapper un grand coup en Angleterre.

“Les Français doivent désormais réussir à faire peur, en gagnant les matches malgré les moments de faiblesse qu’ils peuvent connaître. Ils doivent montrer aux autres équipes qu’ils savent gagner”, conclut Olivier Magne. Il a bien connu plusieurs joueurs qui porteront samedi le maillot tricolore lorsqu’il était l’un des entraîneurs de l’équipe de France des moins de 20 ans entre 2014 et 2016. Et il sait que leur talent et leur maturité peuvent leur permettre de briller face aux Anglais.

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *