les grands événements sportifs de l’année en images

Contrairement à l’an dernier, les grands événements sportifs ont bien eu lieu en 2021, ainsi que ceux reportés d’un an pour cause de pandémie en 2020. L’année a ainsi été notamment marquée par les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo, l’Euro de football, les larmes de Simone Biles, la ‘disparition’ de Peng Shuai ou encore les performances de Julian Alaphilippe. Retour en photos sur les moments forts de l’année sportive.

  • Le skieur Alexis Pinturault réalise son rêve d’enfant
Le Français Alexis Pinturault avec son gros globe de cristal après le slalom géant de Lenzerheide (Suisse) le 20 mars 2021.
Le Français Alexis Pinturault avec son gros globe de cristal après le slalom géant de Lenzerheide (Suisse) le 20 mars 2021. Fabrice COFFRINI AFP/Archives

Le jour de ses trente ans, le 20 mars, le skieur alpin Alexis Pinturault a offert à la France sa première victoire en Coupe du monde de ski alpin depuis plus de 20 ans. Le Savoyard a remporté avec éclat le “gros globe de cristal”, qui sacre le meilleur skieur de la saison, en s’adjugeant la victoire lors du slalom géant de Lenzerheide, en Suisse.

Deuxième de la Coupe du monde en 2019 et en 2020, Alexis Pinturault est devenu le quatrième skieur tricolore à décrocher le titre après Jean-Claude Killy (1967 et 1968), Michèle Jacot (1970) et Luc Alphand, le dernier, en 1997.

  • Les larmes de Mathieu Van der Poel et le second sacre de Tadej Pogacar sur le Tour de France
Mathieu van der Poel lève le doigt au ciel sur la ligne d'arrivée de la 2e étape du Tour, en hommage à son grand père Raymond Poulidor.
Mathieu van der Poel lève le doigt au ciel sur la ligne d’arrivée de la 2e étape du Tour, en hommage à son grand père Raymond Poulidor. © Philippe Lopez, AFP

En passant la ligne d’arrivée, le 27 juin, il a levé le doigt bien haut en hommage à son grand-père, le champion cycliste Raymond Poulidor, décédé en 2019. Le Néerlandais Mathieu van der Poel a donc accompli ce que son aïeul n’avait jamais réussi : s’imposer à Mûr-de-Bretagne, lors de la 2e étape du Tour de France, et décrocher le maillot jaune. À 26 ans, Van Der Poel a réalisé des débuts fracassants sur cette étape, battant de 6 secondes les favoris slovènes du Tour, le tenant Tadej Pogacar et son dauphin de l’année passée Primoz Roglic.

Le Néerlandais a conservé la tunique de leader durant six jours avant de céder, lors de la première étape alpine, le maillot jaune à Tadej Pogacar qui a finalement remporté le Tour pour la deuxième année consécutive. Mathieu Van Der Poel n’a pas terminé la Grande Boucle afin de préparer au mieux l’épreuve de VTT des JO de Tokyo au cours de laquelle il a finalement abandonné en raison d’une chute.

  • À l’Euro, l’Italie prive l’Angleterre d’un titre européen à domicile, la France déçoit
Le défenseur italien Giorgio Chiellini (à gauche) et le défenseur italien Leonardo Bonucci (à droite) portent le trophée du Championnat d'Europe après que la victoire de l'Italie en finale de l'Euro-2021 face à l'Angleterre, au stade de Wembley à Londres le 11 juillet 2021.
Le défenseur italien Giorgio Chiellini (à gauche) et le défenseur italien Leonardo Bonucci (à droite) portent le trophée du Championnat d’Europe après que la victoire de l’Italie en finale de l’Euro-2021 face à l’Angleterre, au stade de Wembley à Londres le 11 juillet 2021. Andy Rain POOL/AFP

Devant le public anglais, l’Italie a privé, le 11 juillet, les Three Lions d’un trophée majeur qui leur échappe depuis leur victoire en Coupe du monde en 1966. La Nazionale a su revenir dans le match après avoir encaissé un but précoce, puis s’est imposée aux tirs au but pour remporter l’Euro-2021 (1-1, 3-2 t.a.b.). Le chemin parcouru a été immense pour la Squadra Azzura depuis le traumatisme de la qualification ratée pour le Mondial-2018, une première depuis 60 ans. Roberto Mancini a alors repris les rênes de l’équipe et bâti une machine à gagner et à briller.

Malgré le retour en sélection de Karim Benzema, la France est en revanche sortie précocement de la compétition. Au terme d’une rencontre haletante et indécise jusqu’au bout, les joueurs de Didier Deschamps se sont inclinés face à la “Nati” suisse en huitième de finale (3-3, 5 tirs au but à 4). Les champions du monde en titre, fébriles en défense, sont passés par tous les états avant de déposer les armes.

  • Le pas de côté de Simone Biles aux JO et la santé mentale des athlètes
La superstar de la gymnastique américaine Simone Biles en plein doute aux Jeux olympiques de Tokyo, le 27 juillet 2021.
La superstar de la gymnastique américaine Simone Biles en plein doute aux Jeux olympiques de Tokyo, le 27 juillet 2021. Loic VENANCE AFP/Archives

L’annonce a fait l’effet d’une onde de choc. Superstar attendue des épreuves de gymnastique des Jeux olympiques de Tokyo, Simone Biles a déclaré forfait, le 28 juillet, pour le concours général individuel, puis pour les finales du saut, des barres asymétriques et du sol. À 24 ans, pour ses deuxièmes JO, elle a avoué être fragilisée par une perte de confiance et un phénomène de perte de repères dans l’espace. Élevée par une mère alcoolique et droguée, placée dès son plus jeune âge en famille d’accueil, elle a ensuite subi une énorme pression en tant que championne précoce. En 2018, après des années de silence, elle avait aussi révélé être l’une des victimes de l’ancien médecin de l’équipe nationale Larry Nassar, condamné pour abus sexuels sur des gymnastes.

Malgré ces difficultés, Simone Biles a finalement participé à l’épreuve de la poutre et remporté la médaille de bronze. Lors de ces même JO, la championne de tennis japonaise Naomi Osaka, grande favorite de la compétition qui avait aussi fait part de problèmes mentaux durant Roland-Garros, a quant à elle quitté prématurément le tournoi, éliminée sèchement en 8e de finale. Grâce à la prise de parole de ces stars, les athlètes parlent désormais beaucoup plus facilement de leur santé mentale.

  • Les menaces sur l’athlète biélorusse Krystsina Tsimanouskaya
L'athlète biélorusse Krystsina Tsimanouskaya parle avec des membres de la police japonaise à l'aéroport de Tokyo, le 1er août 2021.
L’athlète biélorusse Krystsina Tsimanouskaya parle avec des membres de la police japonaise à l’aéroport de Tokyo, le 1er août 2021. REUTERS – ISSEI KATO

Hors stade, l’affaire de la Biélorusse Krystsina Tsimanouskaya a choqué les esprits lors des Jeux olympiques de Tokyo. Cette athlète a été menacée d’être rapatriée de force en Biélorussie, le 1er août, après avoir critiqué les instances sportives de son pays pendant les JO. Craignant de se retrouver en prison si elle rentrait dans son pays, elle a obtenu l’aide du Comité international olympique (CIO) et une protection policière alors qu’elle se trouvait à l’aéroport de Tokyo-Haneda.

La sprinteuse s’est depuis réfugiée en Pologne, qui lui a accordé un visa humanitaire, et veut poursuivre sa carrière sportive. Le CIO a annoncé avoir retiré les accréditations de deux entraîneurs de la délégation biélorusse. La fédération internationale d’athlétisme a également lancé des investigations à leur encontre.

Le sélectionneur de l'équipe de France de volleyball, Laurent Tillie, est porté en triomphe par ses joueurs, après leur victoire en finale face à la Russie (3 sets à 2), le 7 août 2021 aux Jeux Olympiques de Tokyo 2021.
Le sélectionneur de l’équipe de France de volleyball, Laurent Tillie, est porté en triomphe par ses joueurs, après leur victoire en finale face à la Russie (3 sets à 2), le 7 août 2021 aux Jeux Olympiques de Tokyo 2021. JUNG Yeon-je AFP

En 70 minutes, à Tokyo, la France est devenue championne olympique de handball, puis de volley-ball, le 7 août, jour de gloire des sports collectifs tricolores, malgré la défaite en finale des basketteurs tombés, non sans démériter, face aux inévitables Américains. Avec deux titres olympiques, une médaille d’argent (basket masculin) et une de bronze (basket féminin) en l’espace de douze heures, auxquels s’ajoutent l’argent des filles en rugby à VII et celle en or glanée par les handballeuses, le sport collectif tricolore a réussi une spectaculaire et inédite moisson.

Avec 33 médailles au total (10 en or, 12 en argent et 11 en bronze), la délégation tricolore fait certes moins bien qu’aux Jeux de Rio (42) et ceux de Londres (35), mais se classe tout de même comme la huitième nation au classement des médailles.

  • Le roi Messi arrive à Paris
La nouvelle recrue du Paris Saint-Germain, l'Argentin Lionel Messi, salue les supporters venus l'acclamer, le 11 août 2021 devant le Parc des Princes, après sa présentation officielle en conférence de presse.
La nouvelle recrue du Paris Saint-Germain, l’Argentin Lionel Messi, salue les supporters venus l’acclamer, le 11 août 2021 devant le Parc des Princes, après sa présentation officielle en conférence de presse. Bertrand GUAY AFP

Deux jours après avoir officialisé son départ du FC Barcelone, où il avait jusqu’alors effectué l’ensemble de sa carrière, Lionel Messi a signé, le 10 août, un contrat de deux ans, assorti d’une option pour une saison supplémentaire, avec le Paris Saint-Germain. La star argentine, âgée de 34 ans, a rejoint dans la capitale française son ancien coéquipier Neymar.

Considéré comme l’un des meilleurs joueurs de football de tous les temps, la Pulga tarde cependant à trouver ses marques dans son nouveau club. Il ne compte pour l’instant qu’un but et quatre passes décisives en onze matches de Ligue 1. Mais grâce, notamment, à son premier succès en Copa America cet été, il a décroché, le 29 novembre, un septième Ballon d’Or en devançant au scrutin le Polonais Robert Lewandowski (Bayern Munich) et l’Italo-Brésilien Jorginho (Chelsea).

Les athlètes afghans Zakia Khudadadi et Hossain Rasouli à leur arrivée à l'aéroport de Tokyo, le 28 août 2021.
Les athlètes afghans Zakia Khudadadi et Hossain Rasouli à leur arrivée à l’aéroport de Tokyo, le 28 août 2021. AP

Les Jeux paralympiques ont coïncidé cette année avec la prise de Kaboul par les Taliban en Afghanistan et la fuite dans l’urgence de milliers d’Afghans dans des conditions dramatiques. Exfiltrés in extremis par plusieurs États, dont la France, après avoir lancé un appel au secours, deux jeunes athlètes afghans ont pu rejoindre Tokyo le 28 août. Si la taekwondoïste Zakia Khudadadi a pu concourir, le sprinteur Hossain Rasouli est arrivé trop tard pour les séries du 100 m, mais il a participé au concours de saut en longueur.

Ni l’un ni l’autre n’ont remporté de médailles, mais ils ont pu vivre leur rêve jusqu’au bout. Ils ont notamment défilé en portant le drapeau afghan à la cérémonie de clôture des Jeux paralympiques.

Les Français Nicolas Peifer et Stéphane Houdet, médaillés d'or au double messieurs de tennis fauteuil, aux Jeux paralympiques de Tokyo, le 3 septembre 2021.
Les Français Nicolas Peifer et Stéphane Houdet, médaillés d’or au double messieurs de tennis fauteuil, aux Jeux paralympiques de Tokyo, le 3 septembre 2021. © AFP

Pour la France, ces Jeux paralympiques de Tokyo auront été foisonnants. Les tricolores ont bouclé la compétition avec 54 médailles, dont 11 en or, 15 en argent et 28 en bronze. La toute dernière a été décrochée par Lucas Mazur, juste avant le clap de fin, le 5 septembre, au badminton (catégorie SL4). On retiendra aussi l’exploit du cycliste Kévin Le Cunff, qui a remporté l’or en s’imposant dans la course en ligne (catégorie C4-5). En tennis, la paire composée de Stéphane Houdet et Nicolas Peifer a également conservé son titre, tout comme les pongistes Fabien Lamirault et Stéphane Molliens.

Avec ce total, la France a dépassé le record des Jeux de Pékin en 2008. Paradoxalement, elle n’a terminé qu’à la 14ème place du classement général des nations en raison de son déficit en médailles d’or.

  • Novak Djokovic échoue à la dernière étape de sa quête du Grand Chelem calendaire
Le Serbe Novak Djokovic, en pleurs, remercie le public pour son soutien, après sa défaite contre le Russe Daniil Medvedev, en finale de l'US Open, le 12 septembre 2021 à New York, qui le prive de remporter le Grand Chelem.
Le Serbe Novak Djokovic, en pleurs, remercie le public pour son soutien, après sa défaite contre le Russe Daniil Medvedev, en finale de l’US Open, le 12 septembre 2021 à New York, qui le prive de remporter le Grand Chelem. Kena Betancur AFP/Archives

Aux portes du plus grand exploit de l’ère Open, Novak Djokovic a échoué. Battu en finale de l’US Open par le Russe Daniil Medvedev, le 12 septembre, le Serbe n’a pas réussi à intégrer le club très fermé des champions à avoir remporté l’Open d’Australie, Roland-Garros, Wimbledon et l’US Open sur l’année calendaire. Rod Laver reste donc le dernier à avoir réalisé cette performance côté masculin. C’était en 1968, pour la deuxième fois le concernant (1962), après le pionnier américain Don Budge en 1938. Chez les dames, il faut remonter d’abord à Steffi Graf (1988), puis Margaret Court (1970) et Maureen Connoly (1953).

Le champion serbe a aussi manqué ses Jeux olympiques en terminant quatrième en simple et en déclarant forfait pour la petite finale en double mixte. Il peut toutefois se consoler avec les nombreux records glanés cette année. En 2021, il a décroché un 20e titre en Grand Chelem à Wimbledon, égalant ainsi Rafael Nadal et Roger Federer. Il est aussi devenu le recordman de semaines passées à la tête du classement ATP, dépassant son rival suisse. Il a également été désigné pour la 7e fois joueur de l’année par la Fédération internationale de tennis (ITF).

  • Julian Alaphilippe toujours en arc-en-ciel
Le Français Julian Alaphilippe célèbre sur le podium son 2e titre consécutif de champion du monde sur route, le 26 septembre 2021, à Louvain, en Belgique.
Le Français Julian Alaphilippe célèbre sur le podium son 2e titre consécutif de champion du monde sur route, le 26 septembre 2021, à Louvain, en Belgique. Kenzo Tribouillard AFP

Julian Alaphilippe a été sacré pour la deuxième fois d’affilée champion du monde de cyclisme sur route, le 26 septembre, à Louvain, en Belgique. Le Français de 29 ans s’est imposé en solitaire après une attaque décisive à 17 km de l’arrivée.

Il est le premier Français à conquérir deux titres mondiaux depuis le premier championnat du monde en 1927. Un exploit rare : seuls sept coureurs ont remporté deux années de suite un titre de champion du monde. Vainqueur de la première étape et maillot jaune du Tour de France au début de l’été, Julian Alaphilippe a signé à Louvain sa quatrième victoire de la saison, un an après son premier triomphe mondial à Imola.

  • La Tunisienne Ons Jabeur entre dans l’histoire du tennis féminin
La Tunisienne Ons Jabeur pendant le quart de finale l'opposant à la Biélorusse Aryna Sabalenka, le 6 juillet 2021, au tournoi de Wimbledon, en Angleterre.
La Tunisienne Ons Jabeur pendant le quart de finale l’opposant à la Biélorusse Aryna Sabalenka, le 6 juillet 2021, au tournoi de Wimbledon, en Angleterre. Adrian DENNIS AFP/Archives

La Tunisienne Ons Jabeur est devenue, le 18 octobre, la première joueuse de tennis d’un pays arabe à entrer au Top 10 mondial, après sa qualification pour les quarts de finale du tournoi d’Indian Wells (WTA). Son ascension ces dernières années dans les classements mondiaux était déjà remarquable, mais en rejoignant les meilleures joueuses au monde, elle est passée au stade supérieur.

Elle était déjà la première joueuse d’un pays arabe à avoir atteint les quarts de finale d’un des quatre tournois majeurs, une première fois à l’Open d’Australie en 2020 puis à Wimbledon en 2021. Elle était aussi la première joueuse d’un pays arabe à remporter un titre WTA en juin dernier au tournoi de Birmingham.

  • Le motard Fabio Quartararo offre une premier casque d’or à la France
Le pilote français de l'écurie Yamaha Fabio Quartararo avec son casque d'or de champion du monde de MotoGP à Misano Adriatico, en Italie, le 24 octobre 2021.
Le pilote français de l’écurie Yamaha Fabio Quartararo avec son casque d’or de champion du monde de MotoGP à Misano Adriatico, en Italie, le 24 octobre 2021. Andreas SOLARO AFP/Archives

À 22 ans, Fabio Quartararo est entré dans l’Histoire, le 24 octobre, en offrant à la France son premier titre de champion du monde dans la catégorie reine de la vitesse moto, le MotoGP. Quinzième sur la grille de départ du Grand Prix d’Émilie-Romagne à Misano, en Italie, Fabio Quartararo a réalisé une impressionnante remontée jusqu’à la 4e place.

Il a surtout profité de la chute de son dernier rival pour le titre, l’Italien Francesco “Pecco” Bagnaia (Ducati), parti à la faute à quatre tours de l’arrivée, alors qu’il était en tête. Avec 65 points d’avance sur ce dernier, “El Diablo” n’a pas pu être rejoint au classement des pilotes avant les deux dernières manches de la saison. Cette consécration arrive dans sa troisième saison en MotoGP, la première avec l’écurie d’usine Yamaha, après deux ans chez l’équipe satellite Yamaha-SRT. Sur 16 Grands Prix disputés en 2021, Fabio Quartararo a décroché dix podiums, dont cinq victoires.

  • L’affaire Peng Shuai place la Chine dans le viseur de la communauté sportive internationale
La joueuse de tennis chinoise Peng Shuai signe des balles de tennis lors de la finale du Fila Kids Junior Tennis Challenger, à Pékin, en Chine, le 21 novembre 2021. Cette image d'une rare apparition publique est une capture d'écran obtenue à partir d'une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.
La joueuse de tennis chinoise Peng Shuai signe des balles de tennis lors de la finale du Fila Kids Junior Tennis Challenger, à Pékin, en Chine, le 21 novembre 2021. Cette image d’une rare apparition publique est une capture d’écran obtenue à partir d’une vidéo publiée sur les réseaux sociaux. © Compte Twitter de @qingqingparis via Reuters

Le 2 novembre, la star chinoise du tennis Peng Shuai a publié sur le réseau social Weibo un long texte dans lequel elle accuse l’ancien vice-Premier ministre Zhang Gaoli, qui a été de 2013 à 2018 l’un des hommes politiques les plus puissants de Chine, de l’avoir contrainte à une relation sexuelle, avant d’en faire sa maîtresse.

Le message a promptement été effacé par la censure chinoise et l’ex N°1 mondiale du double n’a ensuite plus fait d’apparition en public durant plusieurs semaines, suscitant l’inquiétude du monde du sport, de l’ONU et de plusieurs pays dont les États-Unis et la France. À mesure que la pression internationale s’accroissait sur la Chine, des journalistes chinois ont tenté de rassurer en publiant des images de Peng Shuai, mais l’authenticité des documents avait laissé sceptique la WTA, l’association mondiale du tennis professionnel féminin.

Peng Shuai a finalement déclaré, le 19 décembre, n’avoir jamais accusé quiconque de l’avoir agressée sexuellement et que le message qu’elle avait publié sur les réseaux sociaux avait été mal interprété. Malgré les propos de la championne, la WTA, qui a suspendu ses tournois en Chine en raison de son inquiétude pour la sécurité de Peng Shuai, a réitéré ses craintes sur le bien-être de la joueuse et appelé de nouveau à l’ouverture d’une enquête.

  • Antoine Dupont sacré meilleur joueur du monde
Antoine Dupont lors du match amical du XV de France contre la Nouvelle-Zélande, le 20 novembre 2021, au Stade de France, à Saint-Denis.
Antoine Dupont lors du match amical du XV de France contre la Nouvelle-Zélande, le 20 novembre 2021, au Stade de France, à Saint-Denis. FRANCK FIFE AFP/Archives

Le demi de mêlée français Antoine Dupont, 25 ans, a été sacré, le 10 décembre, meilleur joueur de rugby au monde. Avec ses 35 sélections, il est le troisième tricolore à inscrire son nom au palmarès de cette distinction lancée en 2001, après l’ancien demi de mêlée et actuel sélectionneur des Bleus Fabien Galthié, en 2002, et l’ancien troisième ligne Thierry Dusautoir, en 2011.

Cette reconnaissance internationale vient récompenser une année ponctuée de deux titres avec le Stade toulousain, en Coupe d’Europe et en championnat, et d’une victoire de prestige avec la France, en novembre, contre la Nouvelle-Zélande. Seul ombre au tableau, la déconvenue du XV de France dans le tournoi des VI Nations. Battu sur le fil par l’Écosse (23-27), le 26 mars, les Bleus ont terminé finalement terminé deuxièmes au classement final, derrière le Pays de Galles.

  • Un dernier tour gagnant pour Max Verstappen
La joie du pilote néerlandais Max Verstappen, après avoir remporté le Grand Prix d'Abu Dhabi et décroché son 1er titre mondial, le 12 décembre 2021, devant le septuple champion du monde, le Britannique Lewis Hamilton.
La joie du pilote néerlandais Max Verstappen, après avoir remporté le Grand Prix d’Abu Dhabi et décroché son 1er titre mondial, le 12 décembre 2021, devant le septuple champion du monde, le Britannique Lewis Hamilton. ANDREJ ISAKOVIC AFP

Après des années de domination sans partage de Lewis Hamilton, le Néerlandais Max Verstappen est devenu champion du monde de Formule 1, le 12 décembre, en remportant le Grand Prix d’Abu Dhabi devant son adversaire britannique grâce à un dépassement dans le dernier tour. À 24 ans, il a été sacré pour la première fois.

C’était la deuxième fois seulement de l’histoire de la discipline, après le championnat de 1974, que les deux derniers rivaux se sont présentés au départ de la dernière course de la saison à égalité de points : 369,5 précisément. Max Verstappen est parti avec l’avantage de la pole position, mais, au moment du départ, c’est bien Lewis Hamilton qui a réalisé le meilleur envol et viré en tête au premier virage. Mais une sortie de piste du Canadien Nicholas Latifi (Williams) a changé la donne à six tours de l’arrivée : le temps que sa monoplace soit dégagée, la course a été neutralisé, permettant au Néerlandais de chausser des nouveaux pneus tendres et de recoller à la Mercedes, pour finalement s’imposer dans l’ultime tour.

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *