Novak Djokovic dénonce la “désinformation” sur son test Covid-19

Publié le :

Dans un texte posté sur Instagram, le numéro un mondial Novak Djokovic a dénoncé, mercredi, la “désinformation” à propos de ses apparitions en public en Serbie le 16 décembre, malgré un test PCR positif au Covid-19. Il a également reconnu une “erreur humaine” dans sa déclaration d’entrée en Australie.

LibéréNovak Djokovic passe à la contre-attaque. “Je tiens à souligner que j’ai fait de mon mieux pour m’assurer de la sécurité de tout le monde et de ma conformité aux obligations de test.”

La star serbe du tennis a dénoncé, mercredi 12 janvier dans un texte publié sur Instagram, la “désinformation” à propos de ses apparitions en public malgré un test PCR positif au Covid-19 le 16 décembre dernier. Pour dissiper ces “désinformations” qu’il juge “très blessantes” pour sa famille, Djokovic a expliqué qu’il n’avait pas encore reçu le résultat de son test, effectué la veille, au moment d’une rencontre avec des jeunes joueurs de tennis le 17 décembre.

 

Des propos soutenus par sa mère Dijana, dans une interview à la chaîne de télévision australienne Channel 7. Selon elle, Novak Djokovic n’était probablement “pas au courant” du résultat positif de son test de dépistage au Covid-19 lorsqu’il a participé à un événement en Serbie sans masque. “Il ne le savait pas parce que lorsqu’il a réalisé qu’il était positif, il s’est isolé”, a-t-elle ajouté, soulignant qu’il était préférable de poser la question à Djokovic lui-même.

La superstar du tennis, non vaccinée, a été vue à Belgrade en Serbie le 16 décembre, après avoir été testée positif au Covid-19. Le 17 décembre, la Fédération de tennis de Belgrade avait annoncé sur sa page Facebook que “le meilleur joueur de tennis sur la planète” avait remis ce même jour coupes et diplômes à de jeunes joueurs.

La publication contenait plusieurs photos de Djokovic avec des responsables de la fédération et une vingtaine d’adolescents, tous sans masque.

La Première ministre serbe Ana Brnabic a estimé que le numéro un mondial aurait commis une “violation manifeste” des restrictions sanitaires du pays s’il se trouvait en public tout en sachant qu’il était positif au coronavirus.

Une “erreur humaine” sur son document de voyage

Dans son communiqué, le sportif revient sur d’autres critiques et fait son mea-culpa, admettant une “erreur humaine” en déclarant à tort à son arrivée en Australie n’avoir pas voyagé lors des 14 jours précédant son vol. 

Selon lui, son agent a accidentellement coché la mauvaise case du formulaire. “Sur la question de ma déclaration de voyage, ce formulaire a été rempli en mon nom par mon équipe – ainsi que je l’ai précisé aux représentants des services de l’immigration à mon arrivée – et mon agent présente ses excuses sincères pour l’erreur administrative commise en cochant la mauvaise case concernant mes déplacements avant ma venue en Australie”, a déclaré Novak Djokovic.

En effet, des questions ont été soulevées autour de la déclaration de voyage du joueur de 34 ans. Sur son document de voyage, rendu public par la cour d’appel fédérale, la case indiquant qu’il n’avait pas voyagé dans les 14 jours précédant son vol a été cochée. Mais le joueur a été vu en train de voyager pendant ces deux semaines précédant son arrivée en Australie.

Il a été photographié à Belgrade le 25 décembre, en compagnie du handballeur serbe Petar Djordjic. La photo a été publiée sur la page Instagram de Djordjic. Le 31 décembre, l’académie SotoTennis a tweeté une vidéo de Djokovic s’entraînant à Marbella, en Espagne. Le 2 janvier, le journal local Diario l’a photographié en train de jouer au club Puente Romano à Sierra Blanca, à Marbella, où il séjournait dans une villa.

La superstar des courts a aussi admis dans le texte publié sur Instagram une “erreur de jugement” en recevant en personne un journaliste du quotidien français L’Equipe le 18 décembre, alors qu’il se savait malade du Covid-19, mais il a assuré avoir “respecté la distanciation sociale et porté un masque”.

Djokovic est arrivé à Melbourne le 5 janvier. Il a dit bénéficier d’une exemption médicale à la vaccination pour avoir contracté le Covid-19 en décembre. Mais il a vu son visa révoqué, provoquant une bataille judiciaire entre lui et les autorités australiennes qui a duré plusieurs jours.

Malgré sa libération, un porte-parole du ministre australien de l’Immigration, Alex Hawke, a déclaré mardi qu’il “envisageait d’annuler le visa de Novak Djokovic” en faisant usage de ses pouvoirs ministériels.

Avec AFP et Reuters

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *