une pluie de médailles pour les Français en paracyclisme

Publié le : Modifié le :

L’équipe de France de paracyclisme a remporté mardi quatre médailles dont une en or grâce au duo Alexandre Lloveras et Corentin Ermenault  sur le contre-la-montre sur route (classe B). En athlétisme, Charles-Antoine Kouakou est aussi monté sur la plus haute marche du podium sur le 400 mètres (T20).

L’équipe de France paralympique a remporté, mardi 31 août, une cinquième médaille d’or grâce à Alexandre Lloveras et son guide Corentin Ermenault sur le contre-la-montre sur route (classe B). Ils ont dominé de bout en bout le Néerlandais Vincent Schure, aidé de son pilote Timo Fransen. Les Espagnols Christian Venge Balboa et Noel Martin Infante complètent le podium.

Vice-champion du monde de la spécialité, le binôme français associant les cyclistes Alexandre Lloveras, malvoyant de naissance, à l’ancien professionnel Corentin Ermenault était sorti frustré de sa quatrième place sur piste en poursuite individuelle. Il s’agit des premiers Jeux paralympiques d’Alexandre Lloveras, 20 ans, arrivé au cyclisme en 2018 seulement, après avoir pratiqué l’athlétisme à haut niveau.

Il expliquait, il y a quelques jours, avoir eu “des étoiles dans les yeux” en apprenant son association avec Corentin Ermenault, 25 ans, ancien du peloton professionnel au sein de l’équipe Vital Concept, qui avait confié avoir “fait un burn out du vélo” avant de retrouver la voie avec Alexandre.


L’athlète Charles-Antoine Kouakou a également décroché l’or dans le stade de Tokyo en finale du 400m T20 (catégorie réservée aux déficients intellectuels). Le natif de Paris, âgé de 23 ans, a bouclé le tour de piste en 47 sec 63 devant le Vénézuélien Luis Felipe Rodriguez Bolivar (47 sec 71) et le Britannique Columba Blango (47 sec 81).

C’est aussi la troisième médaille du sport adapté français, le pendant du handisport pour les personnes en situation de handicap cognitif, puisque Léa Ferney (argent) et Lucas Créange (bronze) avaient ouvert la voie en tennis de table.

Une troisième médaille pour Alexandre Léauté

De son côté, Alexandre Léauté est inarrêtable. Le cycliste français a décroché une troisième médaille aux Jeux paralympiques de Tokyo. Il a pris le bronze dans l’épreuve de contre-la-montre sur route (C2).

“J’ai joué de malchance avec mon plateau avant qui a déraillé plusieurs fois”, a toutefois regretté le champion du monde de la discipline dans cette catégorie depuis juin.

Premier médaillé d’or de la délégation française après avoir remporté jeudi, sur la piste du vélodrome d’Izu, la poursuite individuelle, le Breton de 20 ans était monté le lendemain sur la deuxième marche du kilomètre (C1-3).   

“Je pense que faire plusieurs épreuves sur piste ne m’a pas avantagé, mes concurrents n’en ont fait qu’une seule mais je ne me cherche pas d’excuses, ils étaient plus forts aujourd’hui”, juge celui qui a également participé samedi à la vitesse par équipes, qu’il a terminée à la quatrième place.

Vers une quatrième médaille?

Il peut encore espérer un quatrième podium pour ses premiers Jeux jeudi dans la course en ligne. “Une quatrième médaille, ça risque d’être compliqué, mais vu ce qu’il s’est passé, je vais être revanchard”, se projette le cycliste qui ne pédale que d’une jambe, ayant perdu 95 % de sa puissance musculaire côté droit en raison d’un accident vasculaire cérébral à la naissance.

La journée de contre-la-montre au Fuji Speedway réussit aux cyclistes français puisque Loïc Vergnaud a pris l’argent pour ses premiers Jeux à 41 ans avec son vélo à mains (H5). Amputé tibial de la jambe droite après un accident du travail en 2004, il vise un deuxième podium dans la course en ligne mercredi, fort de son statut de vice-champion du monde.

Avec son handbike également (H2), Florian Jouanny a remporté sa première médaille paralympique lui aussi. Il a décroché le bronze comme aux championnats du monde en juin. Tétraplégique à la suite d’un accident de ski il y a dix ans, il peut encore se servir d’une partie de ses bras et espère un autre podium mercredi en tant que médaillé mondial.

Grâce à ses nouvelles récompenses, la délégation française compte désormais 33 médailles dont six en or. Elle a déjà dépassé le total de Rio (28) et n’est qu’à deux unités de l’objectif de 35 podiums fixé avant les Jeux.

Avec AFP



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *